Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

A La Croisée Des Mondes - Page 2

  • Fire & Ice : les arbres

    Etape 3 : les derniers préparatifs

    Tout a été préparé pour accueillir les premières plantations du massif, à savoir les arbres.

    traverse.jpg

    Tout d'abord, jeudi, j'ai réparé la clôture, endommagée lors de l'abattage des vieux bouleaux.  A partir de deux piquets en bois de même section que les traverses en  béton, j'ai bricolé deux nouvelles traverses, car on ne les fabrique plus en béton, du moins de cette longueur-là.  Le fil a été refixé et redressé.  Ensuite, un coup de karcher sur les piquets et les traverses, pour pouvoir tout repeindre; mais ce travail, je le laisse pour plus tard.  Priorité aux plantations.

    corde.jpg

    Samedi, la pelouse a été redessinée.  Pour visualiser le nouveau contour, j'utilise une grande corde posée au sol.  Cela permet de travailler la courbe pour qu'elle soit bien régulière et ne pas se tromper lors du découpage du gazon.

    Etape 4 : planter les premiers arbres

    C'est le moment tant attendu, celui dont je rêve depuis le début !  Je vous présente ici les deux premiers arbres, que j'ai ramenés des pépinières Benoît Choteau à Bray, près de Binche, spécialisé dans les érables notamment.  J'ai passé un très bon moment à écouter tous les conseils très avisés de Benoît Choteau !

    IMG_1543.JPG

    Le premier arbre qui a été planté ce dimanche est Acer griseum.  Un arbre remarquable détenteur d'un AGM de la RHS, à l'écorce décorative qui se desquame; on l'appelle d'ailleurs l'érable à écorce de papier.  Très rustique, il offre, outre sa superbe écorce brun cannelle, un joli feuillage  automnal. Un must au jardin, je l'adore. Je n'ai bien sûr à montrer ici que la photo du plant tout jeune, planté ce week-end, mais il suffit d'aller voir sur internet combien cet arbre est magnifique une fois qu'il a grandi.

    Le plant que j'ai reçu comporte dans le bas plusieurs belles tiges, que je compte conduire pour que l'arbre pousse en cépée.  Bien qu'il soit de croissance lente, il lui faudra donc de la place vu sa forme, car c'est aussi un arbre à port étalé. A terme, une dizaine de mètres de hauteur et une pièce maîtresse du massif.

    IMG_1557.JPG

    Le second arbre du jour, et bien c'est mon coup de cœur découvert en lisant le livre 'Jardins d'Hiver' de Cédric Pollet.  Acer x conspicuum 'Phoenix'.  Ses rameaux rouges orangés ne passeront pas inaperçus en hiver !  Il a la réputation d'être un arbre capricieux d'après ce que j'ai entendu de personnes l'ayant déjà cultivé.  Je le prends donc comme un challenge !  Avec un port évasé, il a lui aussi besoin de place, mais il devrait à terme faire environ 5 mètres de hauteur.  J'espère vraiment le voir un jour si haut...

    phoenix.jpg

    phoenix 2.jpg

    Le voici âgé de 19 ans, dans le Jardin des Vieilles Vignes de Simone Rivaton (merci à Simone pour les crédits photos).  N'est-il pas magnifique ?

    Qui ne tente rien n'a rien, alors j'y vais !

    La suite, et bien c'est pour bientôt...

     

    "Ne renoncez jamais à un rêve juste à cause

    du temps qu'il faudra pour l'accomplir.

    Le temps passera de toute façon." 

  • Fire & Ice : c'est parti !

    Avec l'arrivée du printemps, voici venu le moment de reprendre la rédaction du blog et de vous parler de mon projet 2018.   Car en effet, les choses se bousculent au jardin avec la création de ce nouveau massif à l'entrée.

    Début janvier, les 11 bouleaux près de la rue et le chêne dans le tournant de l'allée ont été abattus.  Résultat : une page blanche à écrire, un massif en forme de L d'environ 13 mètres de côté sur 3 mètres de large.  De quoi faire...

    Ce nouvel endroit à aménager va accueillir mon futur jardin d'hiver. Ecorces colorées, troncs qui se desquament, floraisons hivernales, conifères lumineux, etc..  Je parcours inlassablement les livres et internet depuis un bon moment en quête d'inspiration.

    Au jardin, chaque massif (ou presque) a son petit nom et celui-ci a été baptisé 'Fire & Ice', en référence aux couleurs de certains végétaux du massif et au froid de l'hiver, mais aussi à la saga de George Martin dont je suis fan :-)

    Le projet prend forme mentalement, mais comment le réaliser ? Comment faire les bons choix ? Tout au long de cette année, je partagerai ici les différentes étapes et plantations choisies.  C'est parti !

    Etape 1 : la préparation du terrain

    7.jpg

    Et ce ne fut pas une mince affaire...  Après le passage du bûcheron, une mer de lierre s'étendait à mes pieds, et ce lierre, à certains endroits, comportait des lianes allant jusqu'à 5 cm de diamètre ! J'étais déjà en froid avec les bambous, mais maintenant aussi avec le lierre !

    Plus de deux semaines ont donc été passées à retirer tout ce lierre de la clôture et de la surface du sol. Mais impossible d'enfoncer la bêche, tout n'était qu'un enchevêtrement de racines.

    6.jpg

    Une fois la zone nettoyée, j'ai fait procéder au rognage des souches et la machine est passée partout, même sur le sol nu, faisant d'une pierre deux coups : tout le lierre a été archi-moulu et la terre bien ameublie.  J'ai été bluffée par cette machine; les souches sont parties à vitesse grand V, laissant le sol tout propre.

    4.jpg

    C'est alors que j'ai dû me retrousser les manches pour aplanir la terre au rateau et nettoyer le sol des derniers déchets.  Cela m'a pris un temps certain, mais tout est maintenant fin prêt pour démarrer les plantations.  La terre est sableuse, légère, pauvre aussi certainement. 

    3.jpg

    Etape 2 : la haie parfumée

    J'ai cogité cet hiver sur ce qui allait bien pouvoir être planté pour la nouvelle haie du portail.  Il fallait absolument que le feuilage soit persistant.  De l'if ?  Oui, mais pas convaincue, je trouvais cela un peu monotone.

    Et puis quelqu'un m'a dit : "Il y a plein d'arbustes à fleurs, moins statiques et moins tristes que de l'if. Même une haie a le droit d'être gaie".  Ce fut cette jolie phrase qui m'a fait réagir et choisir autre chose : une haie certes à feuillage persistant, mais un feuillage pas trop épais, élégant, et aussi des fleurs !

    Osmanthus x burkwoodii est l'heureux élu.  Il s'agit d'un arbuste que l'on plante souvent en isolé, mais qui peut parfaitement former une haie de 2 mètres de haut sans aucun problème.  J'ai ramené les arbustes à la maison ce week-end.  

    2.jpg

    Cet osmanthe offre une floraison blanche sous forme de grappes en mai-juin, au parfum de jasmin que l'on peut sentir de loin.  Idéal pour l'entrée !  Il demande une exposition ensoleillée ou à mi-ombre, un sol légèrement acide et il résiste au gel jusque -20°C.  On le dit de culture facile.  Il se taille juste après la floraison car les fleurs apparaissent sur le bois de l'année précédente.

    Outre son utilisation en haie, il est surtout cutivé en arbuste, mais peut apparemment être aussi conduit en petit arbre pour les sujets plus âgés.

    1.jpg

    La haie vient donc d'être plantée.  J'ai quand même dégusté. De grandes poches de plantation, 250 litres de terreau et de tourbe et beaucoup d'huile de coude.  Mais voilà, elle est maintenant en place, la clôture a été refixée le temps que tout cela pousse et je vais pouvoir passer à l'étape suivante.

    A bientôt donc pour la suite !

  • Kenroku-en

    Le temps maussade m'oblige à rester à l'intérieur et me voilà occupée à classer des photos. Je me suis replongée avec délice dans ce fabuleux voyage au Japon fait en octobre 2016 et ne peux résister à l'envie de partager la visite de ce magnifique jardin qu'est Kenroku-en.

    Situé sur les hauteurs de Kanazawa, entre la mer du Japon et les Alpes Japonaises, ce jardin est un incontournable et, dit-on, l'un des trois plus beaux jardins du Japon.

    Je dois vous dire d'emblée que je ne connais rien au symbolisme des jardins japonais, mon regard d'occidentale inculte en la matière en a pris un coup lors de la visite car je suis certaine d'avoir sur le moment râté la lecture du jardin.  J'aurais pu suivre notre guide, mais j'ai préféré partir seule à l'aventure et parcourir le jardin comme je voulais.

    Au Japon, tout est ancien, même les jardins. Il y a un énorme respect affiché pour la nature et le passé.  Ce jardin, qui s'étend sur plus de 11 hectares,  a été initialement aménagé sur 200 ans, aux 17ème et 18ème siècles et a subi quelques restaurations.  Kenroku-en signifie 'le jardin aux six aspects', faisant référence aux six notions les plus importantes pour atteindre le jardin idéal.  On y retrouve par exemple l'espace, la sérénité, une magnifique vue, ou encore la fraîcheur avec la présence de l'eau.

    IMG_7777.JPG

    Dès l'entrée, ce grand étang s'offre à nous.  Nommé Kasumigaike, il a été creusé tel un océan et l'île en son centre est symbole de prospérité et longévité.

    IMG_7718.JPG

    A son bord, Kotoji, la célèbre lanterne en pierre à pieds courbes de longueurs différentes.

    J'ai trouvé ce jardin absolument sublime, grandiose et extrêmement reposant. On voit d'emblée le travail titanesque des jardiniers.

    IMG_7693.JPG

    C'est à Kenroku-en que l'on peut voir la fontaine la plus ancienne du pays, alimentée par pression naturelle en eau venant de l'étang situé pas très loin. J'ai adoré les barrières en bambous, dont chaque intersection est nouée d'un lien de façon impeccable.

    IMG_7765.JPG

    On y compte plus de huit mille arbres, parfois très anciens, tous savamment travaillés, taillés par les petites mains expertes des jardiniers japonais, invisibles et pourtant bien présents.  Quoique j'ai pu en croiser certains ...

    IMG_7662.JPG

    IMG_7632.JPG

    Quelques ponts franchissant le ruisseau qui serpente à travers le jardin offrent des points de vue magnifiques.  Azalées, iris et cerisiers en fleurs, le spectacle au printemps doit être absolument époustouflant.

    IMG_7641.JPG

    Au centre du jardin, le bosquet de cerisiers est lumineux.  Imaginez-le en fleurs au printemps...

    C'est ceci qui m'a le plus impressionnée :

    IMG_7731.JPG

    IMG_7758.JPG

    IMG_7760.JPG

    En début d'hiver, les yukitsori sont installés.  Notre guide nous a expliqué que l'installation dure un mois et commence début novembre. Il s'agit d'une sorte de parapluie de bois qui couvre l'arbre pour le protéger du poids de la neige.  Nous étions en octobre et aucun n'était encore installé. Seuls les bois étaient posés au sol, en attente.  Allez voir les photos sur Google, un bel exemple où le côté fonctionnel et l'art s'entremêlent.


    Difficile de choisir les photos pour cet article, elles sont toutes si belles.  Voici donc un florilège des vues de ce sublime jardin, en diaporama musical.

    9782841385713-gd.jpg

    J'espère que vous avez apprécié la balade.  Si le symbolisme des jardins japonais et leur histoire vous intéressent, je ne peux que vous recommander la lecture du livre "Le Japon des jardins" de Francis Peeters et Guy Vandersande.  Une très belle incursion dans ce monde mystérieux de l'art des jardins japonais.  Et un joli cadeau de mes amies jardinières pour prolonger le voyage, merci à elles !